Parole de la nuit sauvage : my tribute to Lou Reed

Ma première rencontre avec la musique de Lou Reed ne date pas forcément d’hier, j’ai un vague souvenir de radio réveil bloqué sur « Walk on the wild side » à 6h00 du matin, avant d’aller au Lycée, coincé dans mon lit. Je me demandais qui pouvait être ce gars, et de quand datait cette chanson tellement intemporelle, une chanson qui semblait être là depuis toujours. Était-ce bien du rock au fait? J’étais loin d’imaginer alors à quel point ce type allait compter pour moi par la suite. Lui et quelques autres.

Livre de chevet
Livre de chevet

Bien sûr, j’ai découvert « Perfect Day » plus tard, en regardant « Trainspotting », et il m’a fallut un peu de temps pour comprendre que c’était toujours le même gars, Lou Reed. Quelle chanson! La route était toute tracée vers « Transformer », un album qui reste encore aujourd’hui parmi mes préférés, tous styles et toutes époques confondues. Et puis il y eu « Berlin », que j’ai toujours du mal à digérer, et à rebours le Velvet Underground. Toutes ces chansons d’une magnifique simplicité, d’une sincérité et d’une lucidité bouleversante. Lou Reed chante comme si la jeunesse n’existait pas, parle de petits matins blafards, d’illusions perdues, comme si les insouciantes sixties n’avaient été qu’un mirage. Un visionnaire en somme, à contre-courant de l’époque. Il est déjà ailleurs et le sera toujours.

Très modestement aujourd’hui, je voudrais dire merci à Lou Reed, merci pour cette poésie belle à pleurer, merci d’arriver à me mettre encore aujourd’hui les poils au garde à vous à chaque écoute de « Candy Says », « Pale Blue Eyes », « Sunday Morning », « Stephanie Says », « I’m sticking with you »… et tant d’autres.

Les grands artistes sont immortels, ils vivent en chacun de nous, par le reflet de leur musique. Alors une fois n’est pas coutume, j’ai eu envie de reprendre « I’ll be your mirror », que j’ai enregistré ce soir même dans mon appartement, avec des moyens (presque) dignes du Velvet Underground. C’est un peu convenu en guise d’hommage, j’espère que vous me pardonnerez cette faiblesse, mais l’occasion est trop belle pour ne pas le faire ; bonne écoute & live forever Lou Reed :

Les derniers mots seront pour Lou :
« Pour répondre à la question que l’on me pose le plus souvent « Ces évènements sont-ils réels? », Oui, dit-il, Oui, Oui, Oui. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s